Lampedusa, encore et encore

Publié le Mis à jour le

Indignation. Voila le mot mais il n’est pas assez fort pour exprimer ce que l’on ressent en ce moment où cette vidéo tourne en boucle sur les médias montrant combien l’homme peut être cruel envers son prochain tout en donnant l’impression, aux yeux du monde, qu’il fait partie de la catégorie des bons.

Vous l’avez tous ou presque tous suivie, cette vidéo montrant nos frères du monde en train de se faire arroser telles des voitures dans une station de lavage.

Ceci se passe dans un centre dit ‘’d’accueil’’ de migrants Imageclandestins échoués aux larges des côtes de Lampedusa. Ah ! Lampedusa, cette ville qui ne finira pas de faire parler d’elle. Devrions-nous l’appeler le point de chute du non retour ? Les migrants, s’ils n’y perdent pas la vie à la faveur du chavirement de leur bateau risquent d’y laisser leur peau dans des camps de concentration oups j’allais dire centre d’accueil.

Mais en temps qu’africain à qui l’on ne cesse de rabattre les oreilles depuis les tendres jours de son enfance sur les questions de droit de l’homme, la lutte contre la torture et les traitements inhumains dégradants, je me pose des questions.

Comment cela a-t-il pu se produire ? L’on nous a tellement donné l’impression que de tels faits n’existent que sur le continent et nul par ailleurs du moins pas sur le continent de la démocratie et des valeurs humaines vers lequel, au péril de leur vie, nos frères et sœurs se lancent avec une certaine illusion de l’eldorado.

Comment est-ce possible ? Je me surprends à sourire du coin de mes lèvres à la lecture de l’article 1er de la déclaration universelle des droits de l’homme : ‘’Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.’’ Texte corroboré par l’article 5 de la même déclaration : ‘’Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.’’

De belles paroles qui nous ont si souvent été servies. Et pourtant, et pourtant. Qu’à cela ne tienne. Mes amis juristes me diront que la règle de droit – qu’en bien même la déclaration en question n’a pas véritablement force de loi – n’a de véritable effectivité que, non seulement lorsqu’elle est respectée, mais aussi et surtout, lorsqu’il existe des sanctions efficaces qui s’appliquent lorsqu’elle vient à être violée.

Il est donc impérieux que les auteurs de ces actes soient sanctionnés conformément aux règles en vigueurs et que de tels cas soient à jamais proscrits.

Je ne vais pas poursuivre plus loin mon analyse ou m’étaler sur mes ressentiments face à la situation. Beaucoup de voix peut-être plus indiquées à certains endroits ont suffisamment relayé mon état d’esprit.

Toutefois, il y a lieu – et c’est d’ailleurs un devoir pour moi – que je me tourne une fois encore vers mes frères, ces ‘’heureux’’ candidats à la migration clandestine. Je me tourne surtout vers mes frères et sœurs africains pour leur demander d’ouvrir les yeux. L’eldorado, c’est ici, en Afrique, chez nous. Il n’existe et n’existera nulle part ailleurs que dans nos pays respectifs.

Restez dans vos pays, aimez votre continent ou vous êtes accueillis en amis et frères, consolidez vos familles en restant dans vos communautés, développez le peu de votre savoir dont vous disposez en exploitant au mieux le potentiel de vos pays car il en existe beaucoup, même si ce n’est pas toujours évident. Dans ces pays de rêves, n’y aller que lorsque vous êtes en règles et avec un objectif clairement défini. Faites tout ceci plutôt que de vous faire traiter comme des bêtes à foin dans la quête d’un eldorado sur fond de mirage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s